top of page

Déjà entendu parler de la "Glycation" ?

La glycation, cette liaison fatale entre un sucre et une protéine, représente un processus clé à comprendre en nutrithérapie. Lorsque le sucre s'attaque irrémédiablement aux protéines, il altère leur structure et leurs fonctions, compromettant ainsi des aspects vitaux tels que les hormones, neurotransmetteurs, enzymes et antioxydants. Les produits résultants de cette réaction, appelés produits de glycation avancés (AGEs), sont comme des marques laissées par le sucre, perturbant le bon fonctionnement de notre organisme.

Dans le contexte du diabète mal équilibré, où le taux de sucre dans le sang est chroniquement élevé, la glycation devient encore plus préoccupante. Le sucre en excès agit tel un sirop collant, adhérant aux structures internes des vaisseaux sanguins, provoquant des lésions artérielles, notamment dans des organes sensibles comme le cœur, la rétine, le cerveau et les reins. Ces complications sont redoutées, mais les AGEs sont également impliqués dans d'autres maladies liées au vieillissement et aux modes de vie modernes.

Une alimentation riche en sucre à indice glycémique élevé, une cuisson à haute température (réaction de Maillard), et même le tabagisme favorisent la production de ces AGEs. Les protéines glyquées sont également sensibles à l'oxydation, favorisant la formation de radicaux libres et le stress oxydatif, contribuant ainsi à l'inflammation, aux mutations génétiques et à diverses maladies inflammatoires et dégénératives.


En résumé ca fait quoi ?

La glycation engendre une cascade d'effets biologiques délétères, touchant divers aspects de la physiologie humaine. Parmi ces conséquences, on observe une altération de la paroi vasculaire, qui devient plus rigide et moins fonctionnelle, favorisant ainsi le développement de l'hypertension artérielle et de l'artériosclérose.

Au niveau moléculaire, la glycation altère la structure et la fonction de nombreuses protéines essentielles, telles que l'insuline, l'hormone de croissance, les lipoprotéines, les enzymes antioxydantes et les neurotransmetteurs. Cette altération compromet leur capacité à remplir leurs fonctions physiologiques normales, contribuant ainsi à des dysfonctionnements métaboliques et neurologiques.

De plus, la glycation peut perturber le patrimoine génétique en induisant des mutations dans l'ADN, ce qui peut avoir des conséquences néfastes sur la régulation des processus cellulaires et le développement de certaines maladies, notamment le cancer.

Sur le plan immunologique, la glycation stimule la formation de molécules pro-oxydantes et active les récepteurs RAGE (récepteurs des produits de glycation avancés), déclenchant ainsi une réponse inflammatoire et un stress oxydatif intracellulaire. Cette perturbation du système immunitaire peut contribuer à l'installation et à la progression de diverses pathologies inflammatoires et dégénératives.

De manière significative, la glycation entretient un cercle vicieux avec l'oxydation, accélérant les processus de vieillissement cellulaire. Cette association entre glycation et oxydation contribue à l'apparition et à la progression de nombreuses maladies liées au vieillissement, telles que le diabète, l'obésité, les troubles cardiovasculaires, les maladies neurodégénératives et même certains cancers.

Enfin, la glycation peut avoir des implications épigénétiques, altérant l'expression des gènes et contribuant ainsi à la régulation de divers processus biologiques.

En somme, la glycation est un processus complexe et multifactoriel, dont les conséquences néfastes s'étendent à de nombreux aspects de la santé humaine. Comprendre ces mécanismes est essentiel pour développer des stratégies préventives et thérapeutiques visant à atténuer les effets délétères de la glycation et à promouvoir une meilleure santé à long terme.


Que peux tu faire ?

Pour réduire les effets néfastes de la glycation, un changement de mode de vie est nécessaire. Cela inclut la réduction de la consommation de sucres et d'aliments transformés riches en graisses et protéines, ainsi que l'arrêt du tabagisme & l'alcool. Privilégier une alimentation à indice glycémique bas à modéré est primordial, tout comme la pratique d'une activité physique régulière comme le yoga.

En complément, des approches comme le jeûne intermittent, et l'intégration d'aliments et de plantes anti-glycation dans ton alimentation, peuvent aider à réduire les effets néfastes de ce processus. Il est également important de souligner l'importance des micronutriments et des plantes ayant des propriétés anti-glycation, qui peuvent être intégrés dans un régime alimentaire équilibré, tel que le régime méditerranéen. En combinant ces différentes approches, il est possible de limiter les dommages causés par la glycation et de favoriser une meilleure santé à long terme.



Kommentare


bottom of page